Arts And Letters


 

Avant-gardes

bulletOuter-Art
bulletParadoxism

 

Traditional

bulletLiterature
bulletTheatre
bulletBancuri

In other languages

Video Clips

Globe Trekker

Digital Library of Arts & Letters

 

 

LE PARADOXISME,  LA DERNIERE AVANT-GARDE DU DEUXIEME MILLENAIRE

 

A) Définition:

    Le Paradoxisme est un mouvement d'avant-garde dans la littérature, l'art, la philosophie, la science appuyé sur l'excessive utilisation des antithèses, antinomies, contradictions, paraboles, déviations du sens, interpretations à l'envers des clichés, non-sens, paradoxes, semiparadoxes dans les créations.

       Il a été fondé et dirigé par l'écrivain trilingue Florentin Smarandache depuis 1980, qui a dit que: "Le but est l'élargissement de la sphère artistique par des éléments non-artistiques.  Mais, surtout, la création en contre-temps, contre-sens. Et, aussi, l'expérimentation."  Il a publie le premier manifeste paradoxiste en 1983 en francais dans son volume "Le sens du non-sens".

     Le dictionnaire français fait distinction entre le paradoxisme comme figure réthorique de style, créé par Pierre Fontanier, et le paradoxisme comme movement de création, fondé et dirigé par Florentin Smarandache; ce dernier comprend plusieurs figures réthoriques de style ennumerées en haut (y inclu le paradoxisme comme figure de style).

 Les ecrivains paradoxistes, aupres l'originateur, ont été Khalil Raiss, Constantin Dinca, Constantin M. Popa, Marian Barbu, Ion Soare, Titu Popescu, Vasile M. Barbu, Ioan Baba, Sonja Ivanovic, Ovidiu Ghidirmic, Gerald England, Ion Rotaru, Arnold Skemer, Ada Cirstoiu, Emil Burton, Alen Deleanu, Jean-Paul Rousset, etc.  Cinq  anthologies paradoxistes internationales ont été publiées avec des textes en 15 langues, y inclu le français, comprenant plus de 300 ecrivains paradoxistes du monde.

 J. M. Charrier

 Par la suite je laisse Florentin Smarandache a presenter son mouvement:

 C) Etymologie:

Paradoxisme = paradoxe+ism, signifie la théorie et école d'utiliser des paradoxes et leurs derivatifs dans la création.

 D) Traits du Paradoxisme:

#  La Thèse Fondamentale du Paradoxisme:

tout a un entendu et un non-entendu à la fois, en harmonie l'un avec l'autre.

#  L'essence du Paradoxisme:

a) le sens a un non-sens, et réciproquement:

b) le non-sens a un sens.

#  Le Motto du Paradoxisme:

"Tout est possible, même l'impossible!"

#  Le Symbole du Paradoxisme:

(une spirale - illusion optique, ou cercle vicieux).

#  Les Délimitations d'autres Avant-gardes:

- le paradoxisme a une signification, tandis que le dadaïsme, le lettrisme n'en ont pas;

- le paradoxisme révèle spécialement les contradictions, les antinomies, les antithèses, les anti-phrases, l'antagonisme, le non-conformisme, les paradoxes autrement dit de n'importe quoi (en littérature, art, science), tandis que le futurisme, le cubisme, le surréalisme, l'abstractionnisme et toutes les autres avant-gardes ne se basent pas sur eux.

#  Les Directions de Développement du Paradoxisme:

- à utiliser des méthodes scientifiques (spécialement des algorithmes) afin d'engendrer (et étudier) les contradictions des travaux littéraires et artistiques;

- à créer des travaux contradictoires, littéraires et artistiques, dans les espaces scientifiques (en utilisant des signes scientifiques: symboles, méta-langage, matrices, théorèmes, lemmes, etc.).

 E) Histoire:

Le Paradoxisme a commencé comme un protest anti-totalitarisme contre une société fermée, la Roumanie des années 1980, où la culture entière était manipulée par un petit groupe. Seulement leurs idées et publications comptaient.  Nous ne pouvions publier presque rien. 

Alors j'ai dit: Allons faire de la littérature… sans faire de la littérature!  Allons écrire… sans écrire en réalité rien!  Comment? Simplement: la littérature-objet!  'Le vol d'un oiseau', par exemple, représentait "un poème naturel" qui n'exigeait plus son écriture, parce qu'il était plus palpable et perceptible dans n'importe quelle langue que les signes étalés sur le papier, qui en fait représentaient 'un poème artificiel': déformé, résultant de la translation par l'observateur de l'observé, et par la translation l'on falsifie.  'Les voitures vrombissant dans la rue' était "un poème citadin", 'les paysans fauchant' "un poème de dissémination", 'le rêve avec les yeux ouverts' "un poème surréaliste", 'le parle à tort et à travers' "un poème dadaïste", 'la conversation en Chinois pour un ignorant de ce langue' "un poème lettriste", 'l'alternance des discussions des voyageurs, dans une gare, sur différent thèmes' "un poème post-moderne" (intertextualité).

Voulez-vous une classification verticale?  "Poème visuel", "poème sonore", "poème olfactif", "poème tactile".  Autre classification en diagonale: "poème-phénomène", "poème-âme", "poème-chose".

Dans la peinture, sculpture semblablement - tous existaient en nature, déjà fabriqués.  Donc, c'est un « protest mute » que nous faisions!  Ensuite, je me suis basé sur les contradictions.  Pourquoi?  Parce que nous vivions dans cette société-là une vie double: une officielle - propagée par le pouvoir politique, et une autre réelle.  Dans les mass media l'on promulguait que 'notre vie est merveilleuse', mais en réalité 'notre vie était misérable'.  Le paradoxe fleuri!  Et, alors, nous avons pris la création en dérision, dans le sens inverse, dans un mode syncrétique.  Ainsi le paradoxisme est né.  Les blagues folkloriques, en vogue pendant l'Epoque de Ceausescu, comme une respiration intellectuelle, ont été des superbes sources d'inspiration.

Le "Non" et l'"Anti" de mes manifestes paradoxistes ont un caractère constructif, et pas du tout nihiliste (C. M. Popa).  Le passage des paradoxes au paradoxisme a été décrit avec des documents à l'appui par Titu Popescu dans son livre classique concernant ce mouvement: "L'Esthétique du Paradoxisme" (1994).

Pendant que I. Soare, I. Rotaru, M. Barbu, Gh. Niculescu ont étudié le paradoxisme dans mon oeuvre littéraire.  N. Manolescu a affirmé,  regardant l'un de mes manuscrits de non-poèmes, que ils sont  « à rebrousse-poil ».

Je n'ai pas eu de précurseurs qui auraient pu m'influencer, mais j'ai été plutôt inspiré de la situation à l'envers qui existait dans le pays.  Je suis parti du politique, social, et immédiatement je suis arrivé à la littérature, l'art, la philosophie, même à la science.

A l'aide des experiments  l'on ajoute des nouveaux termes littéraires, artistiques, philosophiques, ou scientifiques, des nouvelles procédures, méthodes, ou même algorithmes de création.  Dans l'un de mes manifestes j'ai proposé le sens du non-sens, changements du figuratif au propre, interprétation à l'envers des expressions linguistiques.

En 1993 j'ai fait une tournée paradoxiste au Brésil. Pendant 30 années d'existence du paradoxisme, l'on a publié 30 livres et plus de 200 commentaires (articles, chroniques) auprès de 5 anthologies internationales.